La reprise : le congelo

Hier on avait des amis à la maison et on a passé un très bon moment.

Hier il y a eu la plage, les grillade et la fête foraine

Hier il y avait du soleil et des éclats de rire

Hier il y a eu cet appel du labo. Ils sont 6!!! 6 petits mélanges de nous qui ont atteint le stade de blastos et qui étaient suffisamment beau pour être congelés. 4 très beaux (classés A, en solo dans leur paillette) et 2 « juste » beaux (classés B, ensemble dans leur paillette) 5 transferts possible.

Hier il y a eu cet espoir que oui nous pourrions avoir ce BB2 dans nos bras en 2019…

Publicités

La reprise : résultat de la ponction

Lundi matin après une nuit chaotique avec le stress et les douleurs liées à l’hyperstim on se lève vers 6h30. J’ai fait l’injection de deca à 21h30 donc pour moi la ponction est à 9h30 et on est attendu pour 8h30.

On pose Framboise chez une copine vers 7h15 puis c’est parti. Et là je reçois un texto de la clinique comme quoi on est attendu aujourd’hui à 7h30… On est à 3/4h facile de la clinique…

On arrive à 8h, on prend le ticket à l’accueil puis on attend pour faire l’admission. Notre numéro est d’un coup appelé en priorité… On nous presse vite de rentrer dans la chambre, de reprendre une douche et à peine la tenue enfilée me voilà déjà partie pour le bloc. Au moins pas le temps de stresser…

On me fait remarquer gentiment que je suis en retard mais quand je leur dis que le texto de convocation est arrivé que ce matin à 7h15, ils s’excusent presque de leur dysfonctionnement.

9h45 je suis en chambre. Ça tire un peu mais ça me fait moins mal que pour la ponction de Framboise. Il est pas prévu que le médecin passe (c’est pas Pr Dédé qui a fait la ponction mais un de ces associés), on peut partir à midi. Pendant que je mange ma collation, ma voisine remonte en chambre

Du coup Chéri-chéri va se promener. En revenant me chercher il passe par le labo, on a 19 follicules ponctionnés. Ils sont un peu à la bourre du coup ils ont pas encore tout étudié.

On trouve le chiffre pas mal mais avec nos antécédents (à savoir 18 follicules pour 1 seul mature puis 17 follicules pour toujours 1 seul ovocyte mature) on est pas tranquille pour autant.

On quitte la clinique et on s’arrête au Quick. C’est ce qu’on avait fait après la ponction pour Framboise donc ça nous semble important de respecter le « rituel ». Puis on file le récupérer.

L’aprem, chéri-chéri va bosser et avec Framboise on fait une mega sieste de 2h30.

Ce matin vers 10h30 je reçois l’appel du labo PMA… On a 12 embryons !!!

Je l’ai fait répéter 3 fois, a moitié en larme tellement je n’y croyais pas…

Du coup ils partent plutôt pour une vitrification au stade de blasto. On aura donc des nouvelles que samedi voir même lundi.

On sait que c’est pas gagné mais on se sent tellement soulagé de pas avoir fait tout ça pour « rien ». Dans ces 12 embryons se trouvent peut être BB2 et on est tout émus à cette idée…

#mercilaPMA

La reprise : ça s’emballe…

Ce matin, 7h15, je prends ma garde et je demande à ma collègue du labo de me faire ma PdS.

9h15 mon collègue gynéco est là, on profite que c’est assez calme pour faire l’écho… Un sapin de Noël… Il y a à beaucoup, trop, de follicules… Entre 15 et 20 par ovaires… Des follicules qui mesurent tous plus de 15mm… A droite on voit même plus le parenchyme ovarien… (je me disais bien que ça pesait la dedans…) Bref pour mon collègue l’hyperstim est quasi sûre…

14h00 ça se calme un peu niveau chargé de travail, ma patiente en travail a accouchée, j’ai fait 2 consultations d’IVG, j’ai même pu manger. Mais toujours pas de résultats de ma PdS… J’appelle directement les techniciens la bon mais ils peuvent pas m’aider, les tubes sont pas traités chez eux mais envoyé en plateau technique…

15h40… Ça fait déjà 3 ou 4 fois qu’on s’appelle avec la secrétaire de Pr Dédé. Qu’en alternance on harcèle le labo… Ça y est les résultats sont là. Elle montre tout ça à Pr Dédé et il me rappelle…

16h00 Pr Dédé au téléphone. On discute un peu de comment je me sens, du risque d’hyperstim, de ce qu’il vaudrait mieux faire… Pas trop envie de finir hospitalisée… On choisi la raison, déclenchement au deca finalement pour limiter les risques, ponction lundi, on féconde et on congèle s’il y a des embryons. Le TEC se fera qu’à la rentrée à cause de la fermeture du centre au mois d’août.

Bien sûr je suis un peu déçue, j’aurai préféré qu’on aille jusqu’au transfert frais. Mais je comprends les risques et je veux pas les prendre, surtout avec Framboise à m’occuper. Septembre c’est très bien, ça ferai des accouchements à 3 ans d’intervalle.

J’ai un peu peur aussi. Pour Framboise on avait ponctionné au follicules pour au final en avoir qu’un de fécondable… Et si là il y en avait pas plus… Mais je me dis que dans tous les cas les dès sont jetés.

Le week-end sera en demi-teinte, partagé entre espoir et déception. Heureusement il fait beau et on a pleins de trucs de prévu (dont une garde de nuit mais ça je préfère pas y penser…)

La reprise : 1er contrôle

Comme prévu lors de notre dernier RDV quand J1 est arrivé ce cycle-ci je suis allé faire ma PdS pour la progestérone et avoir le GO du gyneco.

17/06 J1 se point comme une fleur.

18/06 PdS faite > on commence la stim le 21 et contrôle le 26 puis le 29.

Depuis le 21/06 piquouze de Ménopur 300 UI tous les soirs

Ce matin j’ai fait ma PdS au boulot (je finissais une garde de nuit) puis j’ai attendu mon collègue gynéco pour l’écho.

Comme d’habitude ça bourgeonne vite… Pleins de follicules partout avec quand même 3 gros (11,9 11,6 et 13,9) à droite et 2 pas mal à gauche (9,8 et 13,4). Et pleins (une quinzaine) de plus petits à 7/8 mm.

L’endomètre est joli à 7,65.

Je me suis péniblement réveillée à 13h30 (2h de sommeil quoi…) et j’ai bien pesté contre le labo qui avait toujours pas sorti les résultats. Dr Dédé m’a appelé une première fois mais sans les dosages sang difficile de me donner la CAT.

14h15 les résultats sont dispo sur internet, je vérifie auprès des secrétaires que ça leur a bien été faxé

15h appel de du Dr Dédé : on baisse le Ménopur à 225 UI, on introduit (avec joie…) le cetrotide et on recontrôle tout ça vendredi.

Je suis beaucoup plus zen et sereine pour cette FIV que pour celle de Framboise. La pression est vraiment différente.

J’ai été agréablement surprise de voir que même pour un deuxième on est soutenu. Je pensais que les gens trouverai ça moins « important » mais mes collègues suivent ça avec intérêt (avec mes contrôles en plein milieu de mes gardes tout le monde est au courant). Bien entendu j’ai ma bande de pom-pom girl MILKette derrière moi !

J’ai aussi reçu un joli porte-bonheur qui m’a ému aux larmes. Qui est magnifique en plus d’être symbolique !

Avec tout ça on peut qu’y arriver non?

C’est reparti pour un tour…

Quasiment 6 mois depuis mon dernier article…

Framboise va sur ses 2 ans pourtant j’ai l’impression qu’hier encore c’était un embryon de 2 cellules sur un écran…

Parlons un peu de lui. C’est bien entendu un Bogosse, câlin, drôle, attachant et intelligent (lui manque plus que la richesse pour être parfait mais là il est mal barré avec ses parents…) Je pourrais parler de lui des heures (lui aussi a la thatch d’ailleurs) mais ce n’est pas le sujet de ce blog.

Cet été je vous avais parlé d’un éventuel retour en PMA au printemps et… Je n’ai pas gertruder donc nous revoilà en PMA.

J’avais programmé assez vite un RDV avec Pr Dédé en mars 2018. J’avais pas l’impression de croire en ma capacité à faire Gertrude pourtant je me suis retrouvé en larmes tout le long de la route pour aller au RDV…

Je soupçonne le Pr Dédé d’avoir relu la fiche juste avant de me recevoir mais quel plaisir qu’il me demande des nouvelles de Framboise en utilisant son prénom. Bref un Rdv rapide pour lui on reprend quand on veut. Il suffit de faire un bilan sang J3, un RDV biologiste et un RDV anesth puis on y retourne.

J’avais donc tout calé aujourd’hui. Chéri-chéri et moi sommes en vacances mais comme c’était un « jour bossé » Framboise était programmé à la crèche. On avait donc Pr Dédé à 11h45 puis biologiste PMA (avec spermo pour Chéri-chéri, qui était jouasse) à 14h et enfin anesth à 15h10 = la tournée des grands Ducs.

Pr Dédé : mon bilan est quasi identique à celui datant de 3 ans, donc on repart sur le même protocole. Un protocole court sans blocage (je me bloque déjà super bien toute seule🙄). Juste une progestéronémie à J2 et puis début de menopur. On bloquera avec cetrodide, on déclenchera avec ovitrelle pour enchaîner sur les joies de la progestérone…

Biologiste PMA : c’était pas notre chouchou (aka celui de la FIV gagnante, qui avait tenu à nous rassurer tôt le jour du transfert au vu de notre parcours) mais celui qu’on avait pas trop aimé lors de notre rencontre biologiste de septembre 2014. Bref rien de nouveau de ce côté là, on a juste exprimé qu’on préférerai un transfert d’un seul embryon.

L’anesth : comme d’habitude un RDV hyper rapide. Je suis tombée sur celui qui m’avait endormi pour la ponction de Framboise on a décidé tous les 2 que c’était un très bon signe. (d’ailleurs il m’a repris quand j’ai parlé « d’essayer » d’avoir un second)

Bref tout est cadré, il y a plus qu’à attendre le prochain J1 (qui devrait se pointer vers mi-juin si je continue sur mes cycles de 40j)

PMA nous revoilà

PS : pour celles et ceux que ça intéresse, Framboise a finalement arrêté de téter de lui-même un peu avant 22 mois.

18 mois, article MILK

Déjà 18 mois pour Framboise, j’ai à la fois l’impression que j’ai accouchée hier mais en même temps la sensation qu’il a toujours fait parti de nos vies…

Mais ce n’est pas tout à fait de lui que je vais vous parler, enfin plutôt de manière indirecte. J’ai décidé pour fêter ses 18 mois de parler allaitement (ah en vois une au fond qui a compris le double sens du Milk… 😁)

Car peut-être qu’il y a parmi vous des pmettes (ou pas) installées dans le train et qui commence à se dire qu’il semblerait qu’elles vont à priori peut-être avoir un bébé et que ce bébé il faudrait réfléchir à comment le nourrir. Je comprendrais que la majorité d’entre vous cesse de lire dès maintenant si tant est que vous ayez ouvert le post malgré le titre.

Bien qu’étant SF je ne suis pas une ayatollah de l’allaitement. Mais je suis quelqu’un de curieux, et je m’étais donc dis que j’allais essayer l’allaitement pour voir ce que ça pourrait être. Pour autant il était hors de question pour moi de me prendre la tête avec ça. Ça devait couler de source ou ça ne serait pas. 

En salle de naissance, Framboise sur moi, je tente de le mettre au sein… Et là c’est du n’importe quoi, il veut attraper pour téter mais en même temps pousser sur ses pieds et crier… Je me dis vite que ça va pas le faire, mais je tente une seconde tétée, quelques heures plus tard et là il s’accroche nickel. C’est parti pour l’aventure de l’allaitement. 

Comme toute jeune maman je mets un moment à être à l’aise et trouver mes marques, mais au bout d’une dizaine de jour je me sens bien avec ce mode de fonctionnement. 

Allaiter c’est pour les feignasses : pas besoin de sortir un orteil du lit la nuit si bébé juste à côté, rien à emmener en cas de balade (enfin si une petite couche quand même…). Il crie, il a faim on dégaine le boobs (et a la rigueur un petit lange pour « camoufler » si on  préfère). On peut allaiter à peu près partout, assise, debout j’ai essayé pas mal de chose. 

J’avoue que j’ai de la chance, j’ai un bébé qui se positionne bien et un corps qui pour une fois ne me déçoit pas : je n’ai pas eu une seule crevasse. Je dis pas que j’ai jamais stressé, ma production de lait était tout juste suffisante (merci les OPK again…) 

Les gens (puisqu’on peut pas faire sans eux) trouve ça très bien que j’allaite… 

Moi qui est jamais exposé un bout de sein sur la plage je me surprends à en avoir rien à faire d’allaiter mon fils en public  

Pour moi c’est le temps du congé mat cette histoire. Je suis pas une vache, je vais pas me brancher à une machine quand même… 

Mais plus la reprise approche moins j’ai envie de me passer d’allaiter… Finalement je loue un tire-lait et je fais un petit stock en vu de ma reprise. 

J’ai néanmoins acheté une boîte de lait « au cas où » mais en chialant à moitié dans le rayon… 

Les remarques de la crèche sur mon lait ont le don de m’énerver et me motivent encore plus (vous êtes sûr qu’il est suffisamment riche votre lait ?) comme celles des gens (s’il dort pas c’est sûrement à cause de ton lait/il a faim la nuit…)

Bref après quasi 6 mois d’allaitement exclusif je décide de le diversifier. Maintenant qu’il a eu autre chose que mon lait je tique moins sur la boîte de lait donc on lui en donne un bib le soir (et bizarrement il dort pas plus…) mais reste au sein le reste du temps. Vers 7/8 mois je me lasse de tirer mon lait du coup je mets des yaourts à la crèche à la place et garde le sein à la maison.

Les gens sont souvent très… Intéressés… Tu allaite ENCORE ! (ce a quoi je réponds oui mais je m’arrêterai après son bac il y a pas de fac ici…) 

Quid d’aujourd’hui… 

Aujourd’hui Framboise a 18 mois et il tète toujours (Milliette je t’ai entendu dire Cochonne…). Alors franchement je serai plus à l’aise de le faire en public mais que ce soit lui ou moi on adore se retrouver après une de mes gardes sur une tétée. Il y a maintenant un dimension bien autre que le simple fait de le nourrir. C’est aussi un câlin, un moyen pour lui de se rassurer. C’est souvent la seule chose qu’il accepte quand il est malade.

Mais je sais aussi que d’allaiter met en jeu des hormones qui peuvent diminuer ma fertilité (si tant est que c’est possible d’être encore plus bas…). Du coup je me dis que ça vaudrait peut-être le coût de le sevrer dans le cadre du projet « numéro 2″… J’avais dis à ses 18 mois… Maintenant je me dis Noël… 

Voilà c’était l’histoire de Bichon et l’allaitement. Tout ça pour dire, hésitez pas à tenter l’allaitement si vous en avez un peu envie au pire ça marchera pas mais vous avez pas de regret et sinon peut-être que vous vous y épanouirez… 

Blog’niversaire…

Ce matin j’ai eu un petit message de WP m’informant que cela faisait 3 ans que j’avais créé mon blog (alors en fait ça fait un tout petit peu plus parce qu’au début j’étais pas sous WP mais on va pas chipoter pour si peu) 

Quand j’ai commencé à écrire il y a 3 ans je me disais que j’avais peut-être pas grand chose d’intéressant à raconter, que je serai sûrement peu lue. Mais j’avais besoin d’exprimer quelque part ce que je ne pouvais ou voulais pas dire tout haut. 

Et je ne regrette pas un instant.

Ce blog m’a fait un bien fou. J’y ai trouvé un vrai soutient et énormément de compréhension. Cerise sur le gâteau il m’a permit de rencontrer de vraies copines. Des filles avec qui je peux être débordante de milkitude et qui le sont tout autant que moi. (😘 les MILK)

Quand j’ai commencé mes petits articles je n’aurais pas osé imaginer être si comblée maintenant. Avoir eu cette grossesse si facile après les années de galère en PMA ou cet accouchement si intime après avoir montrer mes « fesses » tant de fois et surtout être la mère de cet enfant si beau et si merveilleux (je suis gaga de mon fils et en plus j’essaye même pas de me soigner…)

Alors forcément j’écris moins depuis l’arrivée de Framboise, d’une part par manque de temps mais surtout par manque de sujet. Je me régale à le découvrir chaque jour, j’apprécie la majorité des moments même certains difficiles et compliqués parce que j’avais imaginé ne pas les connaître. Comme dise pas mal de blogueuse c’est plus compliqué d’écrire sur le bonheur. 

Mais comme nous avons décidé avec Chéri-chéri de tenter d’enrichir notre quotidien d’une nouvelle Merveille, je serai peut-être amener à venir vider mon sac plus souvent. Pour l’instant nous avons juste arrêter la contraception, on ne calcule pas, on ne se met pas la pression et on espère Gertruder. 

Le retour en PMA ne sera qu’au printemps s’il faut y repasser. Je ne pense pas que la grossesse m’ait réparée, mais qui ne tente rien n’a rien non? 
A bientôt